Conseils d'initiés de Bâle : Les meilleurs événements, concours et offres spéciales

Inscrivez-vous dès maintenant

Pour moi, Bâle est synonyme de qualité de vie

Ary Vaistij dirige le restaurant «Zum Onkel», situé dans le Petit-Bâle, avec beaucoup de passion. Ses créations à base de produits frais régionaux ne cessent de surprendre une clientèle enthousiaste. Ce Bâlois d’origine argentine est fasciné par la diversité culturelle de la cité rhénane, qui se reflète selon lui surtout dans la gastronomie. Pour Ary Vaistij, cuisiner signifie expérimenter et donner libre cours à sa créativité.

Bâle, pour moi, c'est la qualité de vie

Ary Vaistij dirige avec passion et passion le restaurant "Zum Onkel" du Kleinbasel. Avec ses créations à base de produits frais et régionaux, il ne cesse d'inspirer ses hôtes. Le bâlois d'origine argentine est fasciné par la diversité des cultures locales, qui se reflète pour lui avant tout dans l'art culinaire. Pour Vaistij, cuisiner, c'est expérimenter - et il vit sa créativité dans la cuisine.

«Les plats ne voient pas le jour en cuisine, mais se dessinent d’abord dans ma tête. Je puise mon inspiration partout à Bâle, mais tout particulièrement auprès du Rhin. De nombreuses personnes, dont je fais partie, aiment s’y rassembler l’été. Dans ses eaux ou sur ses rives, sur ses plages de galets ou dans les buvettes qui le bordent, le Rhin est un espace de vie à part entière. J’ai à cœur de refléter cet art de vivre dans ma cuisine.  

C’est au restaurant Krafft, directement au bord du Rhin, que j’ai suivi mon apprentissage de cuisinier. Quand je passe devant en nageantl’été, les souvenirs se bousculent dans ma tête. Cet endroit m’a permis de vivre, d’apprendre et de découvrir tellement de choses. Mais dans la cuisine, la règle d’or est la suivante: on n’a jamais fini d’apprendre!

Aujourd’hui, je gère mon propre restaurant «Zum Onkel», dans le quartier Matthäus, au cœur du Petit-Bâle. Je vis avec ma famille quelques étages plus haut. J’aime l’atmosphère de village qui règne ici. Les gens se saluent dans la rue, se disent bonjour, prennent des nouvelles des enfants et souvent, je reconnais des visages familiers dans mon restaurant. Je prends toujours le temps de bavarder. Mes clients doivent se sentir bien dans mon restaurant. A mes yeux, la nourriture fait partie intégrante de la vie sociale. Elle est étroitement liée à la joie de vivre et à la qualité de vie.

Les baignades dans le Rhin font aussi partie des plaisirs de la vie locale. Comme la plupart des Bâloises et des Bâlois, l’été, dès que je quitte le restaurant, j’emballe mes vêtements dans un Wickelfisch et me jette à l’eau au niveau du Museum Tinguely. Je remonte ensuite à l’une des buvettes pour savourer une bonne bière.

La diversité culturelle de Bâle se reflète dans la gastronomie locale. Pour moi, l’essentiel réside dans la fraîcheur! Juste au coin de chez moi, le Matthäusmarkt me permet de m’approvisionner en fruits et légumes de la région qui proviennent directement de la ferme. Le samedi, j’installe mon jeune fils dans la remorque pour vélo et nous nous rendons ensemble au marché hebdomadaire. Pendant qu’il se délecte des fraises ou des radis frais, je pars à la recherche de délices saisonniers. Pendant ce temps, je réfléchis déjà à de nouvelles créations pour mes clients. Car à mes yeux, la cuisine signifie avant tout expérimenter, chercher, trouver et offrir des moments de plaisir.»