Conseils d'initiés de Bâle : Les meilleurs événements, concours et offres spéciales

Inscrivez-vous dès maintenant

L'histoire du carnaval de Bâle

Pourquoi Bâle fête-t-elle le carnaval? Tout savoir sur l’histoire et le contexte des «drey scheenschte Dääg» (les trois plus beaux jours). Le Carnaval de Bâle est à la fois le plus grand de Suisse et le plus important carnaval protestant au monde. Son histoire se perd toutefois dans la nuit des temps, car toute la documentation à son sujet a été détruite lors du tremblement de terre dévastateur de 1356. Le plus vieux document concernant le Carnaval de Bâle date ainsi de 1376.

Comme la plupart des traditions carnavalesques, le Carnaval de Bâle repose sans doute sur les cultures celtes et germaniques, le culte desancêtres, le refoulement de l’hiver et les rites de fécondité. Les revues d’armes des corporations, tournois de chevaliers ou fêtes précédant le Carême ont aussi marqué la coutume. Mais quand la Réforme entreprit de limiter voire d’interdire l’effervescence exubérante, le Carnaval de Bâle se transforma toujours plus en un acte de résistance contre une autorité répressive. Le carnaval commença à se transformer au XIXe siècle. De premières Cliques se formèrent, de premiers chanteurs de Schnitzelbängg se produisirent, les tambours et les piccolos s’inscrivirent toujours plus résolument au programme. Les thèmes des cortèges devinrent politiques et adoptèrent ce ton typiquement satirique. Enfin, la seconde moitié du XXe siècle imposa au carnaval le cachet que l’on lui connaît aujourd’hui. Moult nouvelles Cliques se formèrent surtout après la Seconde Guerre mondiale. Les tambours et les piccolos se perfectionnèrent, les costumes et les masques s’ancrèrent dans une tradition purement bâloise. Des coutumes et rites naquirent, aujourd’hui respectés comme s’ils avaient des siècles.

Zünfte

Corporations

Les corporations bâloises ont exercé une forte influence sur le développement des trois plus beaux jours. Au XVIe siècle, l’inspection des conscrits appartenant aux corporations était étroitement liée au carnaval. C’est de là que datent les éléments militaires qui imprègnent aujourd’hui encore le Carnaval de Bâle: le pas mesuré au son des tambours et fifres.

Alte-Blaggedde-1913

Blaggeddea

La «Blaggedde» (insigne) a été introduite en 1911. Fondé en 1910, le comité du carnaval avait alors reçu l’autorisation de la vendre pour financer ainsi une partie de la manifestation. Aujourd’hui encore, les recettes servent à subventionner les cliques.

1. Morgenstreich

1er Morgenstreich

Le 1er Morgenstreich officiellement autorisé a eu lieu en 1835. Les carnavaliers déambulaient alors dans les ruelles avec des torches. En 1845, les premières lanternes à bâton ont fait leur apparition en raison d’une interdiction de porter des flambeaux. La première grande lanterne est apparue en 1860.

Patrimoine Culturel de l’UNESCO

En 2017, le Carnaval de Bâle a été inscrit par l’UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Avec cette décision, l’UNESCO honore la tradition riche et le caractère exceptionnel du Carnaval de Bâle, qui fait se côtoyer la musique, les formes d’expression orale et écrite ainsi que l’artisanat.

Détails
Comité Fasnacht

Comité

Fondé en 1910, le comité du carnaval est responsable de l’organisation des trois plus beaux jours, les drei scheenschte Dääg. Organisme de prestations et instance intermédiaire, il compte 10 à 15 membres bénévoles qui représentent les intérêts des participants actifs au carnaval et fonctionnent comme trait d’union avec le public et les autorités.